Forum de test et de sauvegardes.
 
        

Partagez| .

RP #1 ∞ Kalel - Vue de nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Regarde !
Sweetie
vient de traverser le Miroir !


Fondateur PNJ
Messages : 115
Date d'inscription : 18/11/2014

© sweetie


MessageSujet: Re: RP #1 ∞ Kalel - Vue de nuit Mer 11 Jan - 11:14

Sa réaction fut prévisible, je sentais toute sa haine envers moi, tandis que je retournais. Elle avait tout de suite pensé à ce que je lui viole sa chasteté, mais il y a tant de manières différentes de profiter d'un corps... Mais c'est hilarant de voir réagir les gens de cette façon, se trompant totalement sur la personne. Déplorable, et en même temps, je l'avais sous-entendu de cette façon. Remarquez, elle aurait accepté, ça m'aurait tout autant déçu de la voir si facile à abandonner son corps pour sauver sa vie. Elle a un honneur et s'y tient, c'est plutôt admirable de la part d'une femme. « Plutôt mourir que de me faire violer », magnifique.

Mais en attendant, tant qu'elle s'entêterait, je ne comptais pas non plus lâcher le morceau, aussi, sa vie était en jeu, et moi je n'avais pas reçu de promesses. Tant pis. Je m'éloignais, en tournant le dos à la scène qui déraillait pour elle, limite un peu déçu, mais bon, je n'avais pas que ça à faire, la vue du sang... Ouais, je sais pour un vampire... Mais que voulez-vous, les traumatismes de l'enfance reste ancré en nous jusqu'à la fin. J'aimais quand c'était propre, et là, ça devenait juste dégueulasse.

A peine avais-je fait quelques pas que l'emmerdeuse tomba à mes pieds. Quel merveilleux spectacle, je ne pouvais pas le louper, mais je la regardais de haut, sans rien éprouver, pas de sourire, juste observer dans quel état elle était, ou bien était-elle prête à me supplier pour que je l'aide ? Pitoyable créature capable de lécher les pieds du premier venu pour sauver sa misérable peau qu'était l'humain. Quoique, j'eus la surprise de la voir se redresser pour me faire tomber. Je n'eus pas le temps de reprendre l'équilibre que je tombais lourdement en arrière sous son poids, pris de stupeur et ferma les yeux en tentant de me rattraper sur les mains qui dérapèrent sur le sable, m'étalant complètement, la tête au sol, me cognant dessus. Je retins un juron, mais elle ne s'arrêta pas là, et je rouvris les yeux pour l'écouter, sourcils froncés.

Après ces propos, un sourire mauvais étira mes propres lèvres. Avait-elle idée une seconde que sa menace ne m'affectait pas vraiment ? D'ailleurs, je levai légèrement la tête pour laisser mon cou en proie à son épée, si elle était prête à le trancher, mais j'articulais quelques mots lentement, d'un murmure :
« De la pointe de ton épée, tu pourrais déclencher un conflit diplomatique, tant que tu ne sais pas qui je suis... »
Après tout, innocent que j'étais, j'avais ce sang noble qui coulait dans mes veines, même si je n'étais qu'un PDG d'un hôpital privé qui pouvait largement se passer de moi, j'étais fils d'Ancestraux et je me demandais si ce genre d'erreurs ne pouvait pas déclencher une guerre ouverte entre les vampires et les chasseurs. Ce serait intéressant...

Mais bon, je ne voulais pas particulièrement mourir, c'était une sorte de défi. Elle n'était pas aussi stupide que les autres à me flanquer une balle sans réfléchir, enfin plutôt un coup d'épée, en sachant que ma tête n'était pas réellement mise à prix, même si j'avais été à l'origine de quelques incidents qui m'auraient bien fait mériter la tête sur ces affiches. Mais pas pour une mise à mort, c'était trop, je n'allais pas aussi loin, j'étais loin d'être un danger pour l'espèce humaine, plutôt un simple danger public.

En attendant, j'étais exaspéré par sa demande, son refus d'accéder à ma demande... Pourquoi je l'aiderais ? Mais bon, à me foutre au sol en se collant comme ça, à moi, elle venait de me faire repérer par l'autre animal, qui me fixait désormais d'un air féroce. Quels inconscients... Et l'autre qui pionce sur moi en me suppliant ! Comme si j'avais le choix maintenant...
« Hey ! Dors pas là ! Putain ! J'ai pas d'armes moi ! »
Et si je lui « empruntais son épée ? Parce qu'avec des griffes, à part me réduire à l'état d'animal aussi, j'ai pas envie de me tâcher de sang. Mais rien que d'avoir senti la lame sur ma gorge, j'ai senti la brulure de l'argent... Alors je doute que la prendre en main me fasse du bien... je pourrais toujours me régénérer derrière, mais bon, encore une perte d'énergie pour rien, et puis de toute façon, l'autre conne est en train de me tâcher de son propre sang à s'affaler sur moi. Je sais que je suis séduisant, mais il va falloir faire mieux pour atteindre mon cœur, mademoiselle.

Bon, le truc est en train de nous charger et l'autre n'a pas l'air motivé pour se bouger... Je la vire en la repoussant par les épaules, avec un air légèrement dégouté qu'elle se soit mise à pioncer comme si je n'étais qu'un vulgaire matelas, et je l'abandonnais là pour faire face au danger qui m'avait pris pour cible maintenant. Seulement, il avait dû avoir les yeux plus gros que le ventre...

Ah merde, je n'ai pas eu le temps d'esquiver en fait. Merde, c'est l'autre grognasse qui m'a ralenti, que la bête m'avait donné un coup de ses griffes acérées, me blessant à l'épaule, déchiquetant ma cape, ainsi que ma belle chemise, touchant jusqu'à la peau. Si je n'avais pas eu ce mouvement, il m'aurait certainement planté la poitrine. Ah, il n'a pas froid aux yeux, mais il sait à qui il a affaire, pour avoir tenté de viser directement le cœur. D'un simple geste, il aurait pu m'achever... Pas de bol, il en faut plus pour se débarrasser d'un Sang Bleu.

Je soupire, jette un œil à l'autre endormie avant de me lancer sur le Deadline qui a osé lever la main sur un supérieur. Moi, je n'ai pas besoin de faire un cri de rage. Mais il s'est écarté, craignant certainement les répercussions, la vengeance. Ah bah oui, il ne m'a fallu un coup unique pour l'attraper à la gorge, de mon unique main, le soulevant du sol d'un air féroce, serrant ma proie indubitablement pour l'empêcher de respirer. Ca évite qu'il gueule pour ne rien dire. Un regard cruel, passant deux secondes au rouge dans ma pupille unique, et mon autre main s'arma pour transpercer sans cérémonie son palpitant. Tant de bordel pour ça... Bah punaise... Lâchant le cadavre, il s'affala au sol pitoyablement, inondant le sable de son sang rouge, tandis que je me retournais vers la fille, en me léchant la main. Malheureusement, le sang d'un Vampire, aussi pseudo soit-il, n'était franchement pas à mon goût, mais je n'aimais pas me salir avec ça, justement. Je crachais, tout simplement écoeuré.

Je la jauge, la larve tapie au sol, de toute ma hauteur, vaguement éclairé par la Lune, dans cette nuit désormais calme. Qu'est ce que je fais ? Je l'abandonne ici ? Ou je la réveille ? Si je m'en vais, je ferais le genre « preux chevalier sur son cheval blanc » et c'était franchement pas mon genre. Non, je voulais qu'elle sache qu'elle avait une dette envers moi et que je ne comptais pas l'oublier. Je lui flanque un léger coup de pied, lui infligeant un peu une douleur quand même, mais pas au point de l'immobiliser, juste histoire de la sortir des bras de Morphée.
« Alors ? On joue la Belle au bois dormant ? Je vous avertis que le prince est venu réclamé son baiser. »
Sors de ton rêve pour revenir au cauchemar... T'es pas sorti de l'auberge avec moi. A moins que je ne fasse un erreur, mais vu comme elle s'est défendu face au ver de terre, elle ne ferait pas le poids face à moi, alors que je suis encore en forme. Tiens j'en oublie ma blessure suitante de bleu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-kingdoms.forumactif.com

avatar

Regarde !
Sweetie
vient de traverser le Miroir !


Fondateur PNJ
Messages : 115
Date d'inscription : 18/11/2014

© sweetie


MessageSujet: Re: RP #1 ∞ Kalel - Vue de nuit Mer 11 Jan - 11:15

Vue de Nuit

Sur le moment, j'eus vraiment envie d'appuyer sur la lame et trancher son joli cou. En y repensant, cela aurait été à la fois la solution la plus facile et la solution la plus merdique. Faire ça m'aurait débarrassée de cet insolent mais m'aurait également laissée sans aucune aide face au DeadLine. Je regrettais de ne pas posséder de pouvoir télépathique pour joindre les autres chasseurs, qui devaient certainement profiter de mon absence pour siffler le contenu de cave. J'en aurais mis ma main au feu.

Allongée sur lui, mes jambes de chaque côté de son torse pour avoir une meilleure prise, j'avançais la lame jusqu'à ce qu'elle effleure son cou. Si j'avais été un vampire, je n'aurais pas hésité un instant à y mordre à pleine bouche. Il avait une manière de s'étirer pour le mettre en valeur qui était assez spectaculaire. « De la pointe de ton épée, tu pourrais déclencher un conflit diplomatique, tant que tu ne sais pas qui je suis... » Malgré la douleur qui me lançait de partout, j'esquissais un sourire, certes tordu, mais sincèrement amusé. « Un conflit diplomatique pourrait être déclenché si l'on retrouve ton cadavre... nous sommes très doués pour faire disparaître les corps. » Puis mes yeux se fermèrent et ma tête retomba sur son torse. Je n'étais pas évanouie, j'économisais juste mes forces. Parler, regarder... je ne m'en sentais pas capable vu mon état. J'entendis distinctement le grognement moqueur et affamé du DeadLine, derrière nous. « Hey ! Dors pas là ! Putain ! J'ai pas d'armes moi ! » J'émis un petit reniflement méprisant. Il changeait sans cesse de discours ou bien je débloquait complètement ? Une fois il affirmait ne pas avoir d'armes et la seconde d'après il me faisait un chantage pour de l'aide, ce qui sous-entendait donc qu'il avait les capacités requises pour neutraliser le DeadLine.

Je le sentis hésiter mais je n'avais aucune envie de savoir ce qui lui passait par la tête. En fait, j'aurais presque pu affirmer ne pas avoir envie de bouger. J'étais bien, à moitié avachie sur lui, complètement hors circuit. Mon épée finit par glisser de ma paume moite et s'écrasa dans le sable avec un bruit mat. Je sentis ses mains sur mes épaules et il me repoussa sèchement sur le côté. Je m'écrasais dans le sable, sur mon épée. Percluse de douleur, j'émis un râle de protestation. Il se redressa et le sol trembla tandis que notre adversaire chargeait, telle une bête écervelée et avide de chair fraîche. Ce qu'il était, dans un sens.

Une déchirure. Le bruit d'une déchirure rompit le silence. Tissu. Chair. Les yeux fermés, e tentais d'imaginer la scène, les griffes du monstre labourant l'épaule de l'autre inconnu. D'ailleurs, il fallait que je pense à lui demander son nom. Je ne pouvais pas accepter de ne l'interpeller que par un vulgaire "Hey toi!". J'imaginais son expression dure et froide troublée un infime instant par une grimace de douleur et le sang qui dégoulinait doucement le long de son bras telle une fine rivière rouge. Je profitais du fait qu'il soit occupé avec la monstrueuse créature pour relever légèrement mon épée, sous mon ventre. Une douce et discrète lumière illumina l'argent et les symboles gravés et l'arme commença à se fondre dans ma chair. Une question m'avait toujours taraudée à ce sujet. Si à un moment ou un autre je décédais et que l'épée se trouvait toujours dans mon corps, la trouverait-on entière en moi si on me découpait en morceaux ou bien l'arme fusionnait-elle avec mes cellules pour disparaître ? Je n'avais jamais osé poser la question à mon mentor, qui ne répondait de toute façon jamais à mes questions et les punissait par des séances d’exercices supplémentaires, lesdites séances s'apparentant plus à de la torture mentale et physique qu'à de l'entraînement, soi-dit en passant.

J'ouvris péniblement un œil. Il m'intriguait bien trop que pour que je rate ce qui allait suivre. Surprise par le spectacle que je découvrais, j'ouvris grand les yeux. Il avait soulevé le DeadLine d'une seule main, le tenant par la gorge. J'entendais ses râles étouffés, ses os craquer sous la pression implacable des doigts du borgne. J'étais sidérée par une telle force. Fugacement, je me demandais s'il était bodybuildeur. Je pensais sincèrement qu'il allait lui briser la nuque, tout simplement. Mais non, je me trompais. Lui briser le cou ne devait pas être assez cruel pour le borgne. Ce ne devait pas être une punition à la hauteur de son épaule meurtrie.

Il plongea la main dans sa poitrine. Le bruit mou que cela fit me retourna l'estomac et je me recroquevillais sur moi-même, les mains sur les oreilles pour ne pas entendre ses quelques gémissements agonisants et la main se retirant des chairs transpercée. Mes yeux clos refusaient de voir autre chose que le noir. Puis un nouveau bruit mou -que je n'entendis pas- signala que le corps inanimé venait de chuter au sol. C'était tout simplement répugnant. Et il avait eu tant de facilité à le tuer, alors que moi, j'étais en puzzle.

Un coup de pied dans les flancs ma ramena à la réalité et je me recroquevillais encore plus. Je ne voulais pas voir le cadavre perforé du DeadLine, ni la main sanguinolente de mon maître-chanteur.
« Alors ? On joue la Belle au bois dormant ? Je vous avertis que le prince est venu réclamé son baiser. »
Le prince. Je bloquais sur ces mots. Non, il n'était pas un prince. Un prince serait arrivé sur son fier destrier, aurait tiré son épée et tué proprement son adversaire pour ensuite venir de lui même embrasser sa bien-aimée. Lui, il s'était contenté d'attendre que je sois à bout de force pour daigner se bouger et lui exploser le cœur, pour ensuite aller malmener la princesse et lui réclamer le baiser. Quel mufle. Je n'en revenais pas.

Péniblement, je me redressais à quatre pattes sur le sol, m'aidant du mur pour me relever entièrement. J'évitais de regarder sa main rougie et je posais plutôt les yeux sur son épaule meurtrie. Je pouvais le soigner. Je tendis la main vers son épaule, les doigts luisant d'une douce lumière. Puis je retirais vivement ma main avant même d'avoir touché les lambeaux de tissus.

Bleu. Son sang était bleu. Comme les lettres de son message flottant.

Vampire. Ce mot défilait en boucle devant mes yeux et je portais immédiatement la main à mon ventre, où dormait mon arme. « Si nous étions un conte, je pencherais plus pour la Belle et la Bête. » Je tirais hors de moi l'épée d'argent, que je pointais sur son cœur, une expression féroce sur le visage. Mon bras tendus tremblait de faiblesse et non de peur et je m'aidais de mon deuxième bras pour stabiliser l'arme tremblotante.
« Recule, Sang-Bleu ! »
Ma voix était pleine de rage et de mépris. Comment avais-je pu ne pas voir qu'il était l'un de ces putains de vampires ?! « Tu peux te brosser pour l'avoir, ton baiser. Je n'embrasse pas les monstres. » Puis l'inespéré arriva. J'entendis des appels. Les chasseurs s'étaient enfin décidés à bouger leurs culs de la taverne pour se mettre à ma recherche.
« DAN DERLÍON ! DAN DERLÍOOOOOOOOOON ! »
J'esquissais un sourire victorieux et relevais la pointe de mon arme pour qu'elle effleure son menton.
« La Bête n'est-elle pas finalement assaillie par les villageois en colère, dans le conte ? Je pense donc que le scénario se tient. Même si mon cœur ne chavirera pas et ne te rendra cette humanité dont les vampires manquent cruellement.  »
Et pour être sûre qu'il ne fuie pas, j'activais cet étrange pouvoir qu'était Illusion Psychotique. En espérant qu'il fonctionne, vu que je n'en avais aucune maîtrise.

Toujours le même topo, hein. Si je dois modifier, je modifie ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-kingdoms.forumactif.com

avatar

Regarde !
Sweetie
vient de traverser le Miroir !


Fondateur PNJ
Messages : 115
Date d'inscription : 18/11/2014

© sweetie


MessageSujet: Re: RP #1 ∞ Kalel - Vue de nuit Mer 11 Jan - 11:15

L'ironie, c'était juste une blague, et j'en souriais de voir sa réaction répugnée. Pourtant, je ne faisais qu'utiliser des métaphores pour signifier que je voulais mon dû. Sous quelle forme ? Ce serait à marchander sans doute. Je n'avais pas besoin d'un baiser, pour me satisfaire de m'être sali pour une ennemie par défaut de nos races. Enfin, à voir sa tête, c'était tentant de lui réclamer ce genre de chose, mais elle risquait de s'amuser à m'empoisonner, ce serait dangereux pour ma santé, et je n'étais pas particulièrement suicidaire.

Sans remuer le petit doigt, je la regardais se relever, d'un air narquois, lorgnant un instant sur sa croupe belle en forme. Il fallait l'avouer que pour une fille avec tant de caractère, elle avait un physique envieux. Si elle n'était pas une chasseresse, peut-être aurais-je pu lui laisser l'honneur d'accéder à mon lit. Mais personne n'est parfait, ma foi.

Tranquillement, je me sortais un mouchoir de ma poche pour essuyer le sang rouge de mon camarade d'infortune qui avait pété un plomb. Pas de bol pour lui, il n'aura pas eu le temps de goûté à l'inhumanité vampirique. Tandis que l'autre s'approchait. Je ne regardais pas vraiment ce qu'elle faisait, et comme elle ne semblait pas vouloir répliquer à mes paroles, j'en déduisis qu'elle m'ignorait tout simplement, trop fière pour répondre à une telle bassesse. C'est bien, c'était gratuit.

Seulement, un instinct m'alarma et je fis un pas de recul, louchant sur l'épée en argent qui m'avait déjà brûlé à la gorge il y avait à peine quelques minutes, se dressant de nouveau contre ma personne. Visant le cœur. Je fronçais les sourcils, déçu de la voir brandir son arme contre celui qui venait tout de même de lui sauver la peau. Même si elle tremblait, elle avait choisi l'ingratitude pour lutter contre ses ennemis. Sympa. Ca m'apprendra à sauver la vie des gens. Obéissant simplement, je fis un pas de plus en arrière et la jaugeais, avec un air  désappointé, sans répondre à ses provocations verbales. J'étais franchement énervé par ce retournement de situation, ça me déplaisait. Je n'aimais pas qu'on me trahisse de la sorte.
« On traite de monstre celui qu'on vient de supplier de sauver sa vie ? »
C'était ainsi. Je connaissais pourtant l'idiotisme « trop bon, trop con » mais je ne pensais pas un jour bénéficier de ce tag. Je ne pouvais même pas dire que je l'avais fait pour me défouler, ça me servait à rien. Je suis juste... dégouté.

Et des cris retentirent, appelant sans doute celle que j'avais face à moi, du nom de la taverne, d'une voix qui ne m'était pas tant inconnue, à mon grand désarroi. Je ne bougeais pas, mon visage s'endurcissant d'un coup, sans pour autant exprimer de haine envers elle. J'imagine que, comme pour moi qui devais me nourrir de sang, elle ne pouvait renier sa nature pour mes beaux yeux ou ma geste chevaleresque. Quel monde déplorable... Après, on s'étonne que je me comporte comme un mufle... Mais il n'y a aucun mérite.
« Les contes ne sont que facéties pour ceux qui sont trop naïfs. Dan Derlion, je retiens ton nom et je reviendrais cherche mon dû, tu peux compter là-dessus. Une 'bête' tient toujours sa parole, contrairement à ceux qui se prennent pour des humains. »
Je n'allais pas lui laisser la victoire, j'avais ma fierté, et j'avais d'autres choses à faire. Ils étaient encore loin, et elle serait incapable de me suivre vu son état. J'esquissais un sourire féroce et d'un coup trop rapide pour l'oeil humain, je me baissais brusquement pour lui flanquer un coup dans les tibias qui la fit chavirer au sol, pour l'immobiliser le temps que je m'enfuis. Mais ce coup m'avait comme fait un éclair dans le crâne, durant l'espace d'une seconde, à peine, sans autre conséquence. Pour l'instant.

Plus d'armes pointées sur moi. Le temps qu'elle explique que je m'étais enfui à ses camarades, trop occupés à admirer son « travail » sur le Deadline, je serais déjà loin. D'ailleurs, je me camouflais dans l'ombre et dans un bruissement de tissu, je regagnais les hauteurs des toits de Kalel pour reprendre la direction de ma ville, mon habitation...

Mais sur la route, alors que je venais de quitter la ville, empruntant les rues les plus sombres pour rester discret, me mêlant à la foule des bas quartiers, sans que je me détache du décor avec mon air de rebut, je fus assailli des vertiges, migraines et visions d'horreur, me ramenant à ces années où j'étais encore un peu humain. Si on pouvait appeler un enfant de vampire humain à une période donnée, dû à l'absence de besoin de nourriture sanguine, avant le sevrage. La douleur à mon épaule se fit plus lancinante, et ma vue se brouilla, tandis que je clignais des yeux pour effacer le brouillard, en vain. Mes sens me trahissaient lamentablement, et je sentais le sang au point d'en être assoiffé, ma pupille virant irrésistiblement au rouge. Perdais-je le contrôle ? Je devais rentrer avant... Avant... Merde...

Mon cœur semblait s'emballer, m'offrant une douleur tambourinante au fond de ma poitrine, m'essoufflant trop rapidement. Je paniquais, sérieusement, je ne comprenais pas ce qui m'arrivait, si j'étais toujours éveillé, ou non, si c'était la réalité. Mais j'avais si mal que je me disais qu'il était impossible que je sois inconscient.

Titubant, jusqu'à m'avachir contre la porte bruyamment, l'ouvrant avec difficulté en tournant la poignée, mais c'était fermé à clé. Putain, je suais de façon inquiétante, retenant mes instincts, gémissant de douleurs, tandis que la clé s'enfonçait dans la serrure, après de maintes tentatives, et je me laissais tomber au sol, repoussant la porte d'un coup de pied, comme pour enfermer la bête dans sa cage, afin qu'elle ne s'attaque pas à des innocents, ce qui pourrait donner raison aux chasseurs. Je me trainais au sol, grognant le nom de mon frère, comme un appel à l'aide.
« Bert... B... BERTRAM !.. Bordel.... »
Pourquoi il répondait pas ?!

Puis mon corps devint soudainement lourd, ma conscience s'envola, me laissant étaler par terre, le sang bleuté s'écoulant lentement de la seule plaie de je possédais en réalité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-kingdoms.forumactif.com


Regarde !
Contenu sponsorisé
vient de traverser le Miroir !




© sweetie


MessageSujet: Re: RP #1 ∞ Kalel - Vue de nuit

Revenir en haut Aller en bas

RP #1 ∞ Kalel - Vue de nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Mussorgsky: Une nuit sur le mont chauve
» [INFO] 08/12/10 * 00h30 * "Durch Die Nacht mit...(Au coeur de la nuit) Bill Kaulitz"
» Ravel - Gaspard de la Nuit: de la poésie à la musique
» programme fête de nuit GPN AUXERRE 2010
» carnaval de nuit à St brévin le 21 juillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallen Kingdoms :: Il était une fois :: Breath ! :: M. Sharmal Dan Derlíon-