Forum de test et de sauvegardes.
 
        

Partagez| .

RP #1 ∞ La petite boutique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Regarde !
Sweetie
vient de traverser le Miroir !


Fondateur PNJ
Messages : 113
Date d'inscription : 18/11/2014

© sweetie


MessageSujet: RP #1 ∞ La petite boutique Dim 15 Jan - 17:56

En cette journée ensoleillée, une créature nocturne arpentait les rues d'un pas lent et presque flegmatique. Sa démarche, d'origine gracieuse, semblait néanmoins légèrement dérangée par le frottement de ces tissus étranges contre sa peau. Pour s'intégrer dans cette société humaine aux mœurs et nouvelles coutumes étranges, Lysara avait dût se départir de ses tenues fluides et ses draps fins qui la faisaient ressembler à une antique déesse grecque au profit d'habits de plus mauvaises qualités à son goût. La matière irritait sa peau sensible à chaque mouvement, recouvrait certes son corps mais l'étreignait et la grattait même. L'odeur qui s'en dégageait était à l'image de cette ère polluée dont l'air l'asphyxiait et se révélait néfaste pour ses poumons habitués à une atmosphère pure.
C'était un monde bruyant, aux constantes ondes négatives.
Lysara ne pouvait qu'avoir une répulsion naturelle pour ce milieu urbain qu'elle découvrait petit à petit. Alors l'être millénaire déambulait dans les parcs de préférence, lieu proche de la nature. Beaucoup plus du moins que le reste de cette civilisation décadente aux yeux de l'ancienne reine. La présence des arbres, de la verdure, lui permettait de retrouver un semblant de familiarité dans cette époque bétonnée.
La nature était immuable, unique chose capable de traverser le temps sans changer de manière irréversible et incontestable
Au fil de sa promenade journalière, choisie en pleine journée pour ne croiser aucun de ses congénères nocturnes, l'ancêtre des Kuran laissa ses pas la guider jusqu'à une petite rue pavée ayant des airs d'architecture du Moyen-Age. Les bâtisses s'élevaient à des hauteurs qui dépassaient la raison pour la créature issue du passé, mais demeuraient raisonnables face à ces structures qu'ils appelaient « immeubles ». L'ambiance y était plus calme, silencieuse. L'humidité y était présente dans les égouts, quelques flaques témoignaient d'une légère pluie de la veille, mais la sang-pure s'y sentait plus à l'aise que dans ces boulevards éventrés par des routes chevauchées par des monstres de métal possédant des roues. Ici, il n'y avait que les échos lointains de cet enfer assourdissant qu'étaient les endroits peuplés.
Ainsi elle flâna sans réel but, s'instruisant visuellement sur ce qui s'offrait à ses prunelles à la couleur de cerisier. Puis une odeur désuète attira son attention.Une odeur de vieillesse, de pages anciennes. Son regard glissa ensuite sur une discrète petite boutique, certes surplombée par une inscription aux lettres larges, mais sans plus de prétention. Cela intrigua Lysara qui s'approcha d'un pas tranquille, étonnée de voir que le magasin ne semblait pas chercher à choquer l'oeil avec des couleurs criardes comme celles qu'affichaient les autres boutiques.
Avant même qu'elle ne s'en rende réellement compte, sa paume s'était posée à plat sur la porte pour la pousser afin d'entrer.
L'odeur vieillotte la saisit aussitôt et elle comprit rapidement que ce lieu comportait des objets bien différents et uniques. Des manuscrits. Ou plutôt des « livres ». Des tas de livres confortablement rangés dans des allées d'étagères en bois robuste. C'était aussi ce fumet de forêt qui parvenait à ses narines. Des bois différents, venant d'endroits tout aussi diverses que les bouquins posés dessus. Presque avec respect et admiration pour un lieu qui contenait tant de sources de savoir, Lysara arpenta l'espace avec lenteur, prenant le temps de découvrir chaque titre de ces livres. La langue n'était pas son langage maternel mais elle avait rapidement apprit grâce à quelques leçons de civilisation de la Shinigami qui l'avait ramené à la vie. Ses doigts glissaient sur les reliures avec délicatesse avant qu'elle ne fasse une pause une fois devant un manuscrit particulière d'apparence ancienne.


Dernière édition par Sweetie le Jeu 26 Jan - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-kingdoms.forumactif.com

avatar

Regarde !
Sweetie
vient de traverser le Miroir !


Fondateur PNJ
Messages : 113
Date d'inscription : 18/11/2014

© sweetie


MessageSujet: Re: RP #1 ∞ La petite boutique Jeu 26 Jan - 22:57


 
Titre du rp


Je marchandais un vieux bouquin dont la reliure en maroquin gardait l'odeur des chambres closes, lorsque je ne sais trop comment , je me mis au bout d'un moment à parler de tout autre chose. Mais le vieux ne connaissait rien. Quel étonnement fut le mien, de constater que le bonhomme ne savait rien ,évidemment, des faits et des événements qui passionnaient les autres hommes. Il ignorait tout de ce temps, aussi bien les gens importants que les plus célèbres affaires. Et c'était peut-être cela qui, dans ce tranquille coin-là, créait cette étrange atmosphère. △  EDITH PIAF

La pluie tombait sans discontinuer. Les nuages devaient s'être fâchés entre eux pour ainsi déverser leurs trombes d'eau avec autant de colère sur le sol, détrempant tout. Petite, on t'avait expliqué que la pluie n'était que les larmes des nuages et les éclairs leurs accès de colère. Grâce à cette explication enfantine, tu avais vaincu ta peur de l'orage car tu savais que leur colère n'était pas dirigée contre toi. Après tout, les nuages ne se souciaient pas des anges cloués au sol, incapables de s'élever dans les airs pour aller jouer dans le coton des nuages.

La pluie était tombée toute la nuit, l'eau formant de grandes corolles réfléchissantes sur le dallage autour des bâtiments. Que le déluge se soit arrêté t'emplit de joie; jamais on ne t'aurait laissé mettre le nez dehors pour rejoindre ton lieu de travail si l'averse s'était éternisée.
Dehors, l'air encore humide malgré l'immense soleil fit gonfler tes plumes et il te fallu vivement plaquer ta veste contre ton dos pour cacher la déformation occasionnée par le soudain changement de masse des fibres. Décidément. Un instant, tu songeas qu'avoir des plumes de canard aurait été plus pratique, celles-ci étant faites pour vivre dans un environnement saturé d'eau.
Un sourire fleurit sur tes lèvres à cette pensée. Non, tes plumes sont belles, même si elles n'apprécient guère les aléas de la météo.
Tes pas te menèrent enfin jusqu'à la lourde porte de la bibliothèque, dans laquelle tu pénétras sans tarder. Afin de ne pas abîmer et salir le parquet avec tes chaussures trempées et probablement boueuses -même si l'académie était sans cesse bichonnée et nettoyée, la moindre pluie amenait une couche de crasse partout où l'eau se déversait.

Il faisait agréablement bon dans ce lieu que tu considérais pratiquement comme ta deuxième maison. La température idéale pour la bonne conservation des documents étant d'une vingtaine de degrés, une salle de lecture avait été aménagée dans une autre pièce où ronronnait un petit chauffage électrique, les élèves se plaignant souvent de la « basse » température régnant dans la bibliothèque. Un membre du personnel était déjà passé, au vu de l'agréable température régnant dans la salle de lecture. Ce fut donc avec délice que tu mis tes chaussures à proximité du feu électrique pour les faire sécher.
Les cours devaient juste avoir commencé, il te fallait donc toi aussi commencer à travailler. Toute guillerette, tu te saisis d'une première pile de livres, ceux rendus la veille, et qu'il fallait remettre dans leurs rayons. Enfin, c'était ton projet jusqu'à ce que ton regard tombe sur un livre posé derrière la pile dont tu venais de te servir.
Un livre qu'une élève t'avait rendue en larmes car elle avait malencontreusement renversé une tasse de café dessus. Un livre très précieux, très ancien. Une première édition, selon tes souvenirs.
Une terrible perte. Et la réserve ne possédait aucun autre exemplaire.
Tes pensées dérivèrent vers cette petite boutique de livres anciens que tu avais découverte par pur hasard lors de ta dernière visite en ville. Tu avais résisté à l'envie d'y traîner Leif qui, de toute façon, n'aimait pas ce genre d'échoppe et t'aurait interdit d'y aller pour une raison quelconque. Trop de poussière. Trop de risques qu'un rayon ne lâche et te tombe dessus.
Ton hésitation ne dura pas très longtemps. Il faisait beau dehors, Leif était coincé en cours et il fallait absolument remplacer ce livre.

Face à la porte de la boutique, l'hésitation refit surface. Pour ne pas laisser sa petite voix insidieuse te faire tourner les talons, tu t'engouffras rapidement à l'intérieur. Il n'y avait pas grand monde et le ou la propriétaire n'était pas derrière son comptoir. Peut-être était-ce cette femme, occupée à détailler un ancien manuscrit ?
Ne voulant pas la déranger, ta recherche commença tout naturellement dans le premier rayon. Qu'importe s'ils n'avaient pas ce que tu cherchais, tu aimais tellement cette ambiance. Si tu avais été seule, tu aurais volontiers étendu les bras pour attraper les ouvrages disposés en hauteur et mieux discerner leurs titres, mais tu découvris très vite que ce geste relevait ton long manteau et révélait le bout des soyeuses plumes blanches. Bref, il valait mieux éviter.
Et évidemment, le livre convoité se trouvait tout en haut du rayonnage.
« Excusez-moi ? lanças-tu avec timidité à l'autre personne présente. Pourriez-vous m'aider à attraper ce livre ? Je ne peux pas lever mes bras trop haut... »
Affreusement gênée et désolée d'interrompre la jeune femme dans ses occupations, tu te mis machinalement à entortiller une de tes longues mèches, à défaut de triturer tes plumes. D'ailleurs, tu espérais ne pas en perdre trop en bougeant. Heureusement, tu ne semblais pas en avoir semé dans la boutique.
Et ce fut à ce moment que le propriétaire des lieux refit surface, et ta gêne s'accrut. Tu n'aimais pas déranger d'autres clients.
« Je suis vraiment désolée, je pensais que vous étiez la propriétaire ! Ne vous dérangez pas pour moi, je vais aller demander au gérant... »
Un sourire penaud fleurit sur tes lèvres tandis que tu réajustais les pans de ton long manteau.
« C'est une ancienne édition de la Tempête que vous tenez, n'est-ce pas ? Si vous ne l'avez jamais lu, je vous le conseille sincèrement. C'est une très belle pièce... »

 
©Anshu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-kingdoms.forumactif.com

RP #1 ∞ La petite boutique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La petite nouvelle: Saranayde
» Petite Fleur S Bechet
» Une boutique Metal à Rennes
» petite soiree pik nik
» [News] Pinky n'est pas la petite amie de Bill

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallen Kingdoms :: Il était une fois :: Vampire Knight - Dark Fate :: A. « Babylone » Carnelián-